Archives par mot-clé : cuisine japonaise

Crêpe aux fruits de mer et oignons de printemps

Ingrédients
2 œufs battus
250g de farine tout usage
1 cuillère à soupe d’huile végétale
environ 200 ml d’eau
huile végétale, pour la friture

Pour le remplissage
environ 10 oignons nouveaux, fendus
dans le sens de la longueur et coupé en morceaux de 10 cm
1 courgette, coupée en allumettes de 10 cm
1 grosse carotte, pelée et coupée en allumettes de 10 cm
1 piment rouge, épépiné et coupé en lanières
125g de crevettes pelées et cuites
10 huîtres fraîches ou 15 palourdes fraîches, hachées grossièrement
4 œufs battus (facultatif)

Pour la sauce
3cs de sauce soja légère
½ cuillère à soupe de vinaigre de riz
1 cuillère à soupe d’huile de sésame
1 cuillère à soupe de sucre
1 cuillère à soupe de graines de sésame grillées

Mélangez les œufs, la farine, l’huile végétale et suffisamment d’eau pour obtenir une pâte moyenne à ferme. Laisser reposer 20 minutes. Faites chauffer une grande poêle à frire antiadhésive ou une plaque chauffante avec juste assez d’huile pour enduire le fond. Versez suffisamment de pâte pour faire une grande crêpe. Déposer environ un tiers des oignons nouveaux, des bâtonnets de courgettes et de carottes, des lanières de piment, des crevettes et des huîtres ou palourdes hachées sur la crêpe, en rangées.

Cuire environ 5 à 7 minutes à feu moyen. Pendant la cuisson de la crêpe, déposez l’œuf battu à la cuillère sur le côté de l’oignon de printemps, en remplissant les espaces entre les légumes et les fruits de mer. Lorsque l’œuf a pris et que le fond de la crêpe est bien doré, retournez la crêpe. Ne vous inquiétez pas trop s’il se brise car il sera coupé en carrés avant de le manger. Cuire encore 5 à 7 minutes environ, en appuyant avec la spatule pour assurer la cuisson de la pâte.

Retirer de la poêle, égoutter sur du papier absorbant et couper en petits carrés. Utilisez le reste de la pâte, les légumes et les fruits de mer pour faire une ou deux autres crêpes. Pour la sauce, mélanger tous les ingrédients et servir avec les crêpes.

Cours de cuisine

Recette de cuisine: le fugu

Fugu 2Jouer à la roulette russe en cuisinant, c’est possible : il suffit de préparer du fugu. Voilà un poisson que nous vous déconseillons fortement de cuisiner (et que vous aurez de toute façon beaucoup de mal à trouver sur les étals), mais qu’il peut tout de même être intéressant de goûter, au moins une fois. Pour la culture, pour le défi, autant que pour le goût ! Ce poisson est en effet extrêmement prisé au Japon, où on le déguste depuis des siècles… en dépit de la toxine mortelle que contiennent ses viscères, son foie et sa peau.

La chair du fugu est servie sous forme de sashimis, c’est-à-dire découpée en fines lamelles. Le sashimi est léger et astringent alors que le fugu cuit a la consistance de la viande. Il est d’ailleurs normal de ressentir un picotement sur les lèvres lorsqu’on en mange. Cependant, il ne faut en consommer qu’une infime quantité, car le poison peut attaquer le système nerveux et entraîner une torpeur progressive… Néanmoins, au-delà de la légende qu’a pu susciter ce poisson au travers de quelques accidents spectaculaires, il faut préciser que ce sont presque toujours les poissons préparés à la maison qui sont la cause de décès. En restauration, depuis 1949, seuls les restaurants dotés d‘une licence sont habilités à proposer ce mets.

Celles-ci sont ensuite présentées sur un immense plateau, se chevauchant légèrement de façon à évoquer une fleur. On les savoure en les plongeant dans une sauce elle-même composée de sauce de soja, de sudachi (un agrume), de ciboule et de poivron rouge. Habituellement, le poisson est suivi d’une marmite de fugu aux légumes.

Fugu

Michel Bras

michel brasMichel Bras démontre son talent dans une cuisine qui marrie à la perfection les arts du Japon et de la France. Bras, restaurant moderne dans le Massif Central, est une merveille d’inventivité, tout en respectant les traditions. Les légumes, herbes, épices viennent du jardin, un terrain de jeu inspirant et totalement organique. L’expérience est autant dans l’assiette que le décor, avec langoustine ouverte arrivant sur une ardoise de pierre volcanique Continuer la lecture